De Xavier Lukomski 


©Jorge Leon

Créé  le 26 mars 2003 au Théâtre Les Tanneurs (Bruxelles)
Tournée : 25 octobre 2004 au Centre André Malraux d'Hazebrouck (F), 10 novembre 2004 à la Maison de la Culture d’Ath (B).

Jo Deseure, nominée comme meilleure comédienne aux Prix du Théâtre 2002-2003.
Meilleure création technique aux Prix du Théâtre 2002-2003


Il y a longtemps, j'ai eu le projet de travailler sur le "
Je me souviens" de Georges Perec et puis Samy Frey, qui a une très belle voix et qui est beaucoup plus beau que moi, l'a fait avant moi, et bien sûr, bien mieux que je ne l'aurais fait…
Pour l'édition de "Je me souviens", Georges Perec avait demandé à son éditeur de mettre des pages blanches à la fin du livre. Pour que chaque lecteur puisse, lui aussi, écrire ses "Je me souviens". Pour cette carte blanche, j'ai décidé de le prendre au mot. De "partir, comme le dit Perec, de tout ça, qui est moi, sans être moi" et d'en faire un spectacle.

 

Distribution :

 

Interprétation : Jo Deseure
Texte, mise en scène et scénographie : Xavier Lukomski
Images : Jorge Leon, Ronnie Ramirez, Michèle Hubinon
Montage : Michèle Hubinon
Lumière : Xavier Lauwers
Son : Marc Doutrepont, Mathieu Richelle
Projection: Filipa Cardoso
Assistante à la scénographie : Elisabeth Lebailly
Production : Théâtre Les Tanneurs


Presse :


HASARD, NOSTALGIE ET MEMOIRE
« ... un adorable spectacle, plein de générosité, sous-tendu par une forme de nostalgie qui dépasse le narcissisme initial. (... ) C'est bourré de petites joies et de grands deuils, d'idéaux renversés comme des fétus de paille.  Et c'est bien plus que l'histoire d'un mec qui s'appelle Lukomski devenu objet et sujet  de la scène.  Chacun, selon son âge, y ravivera sa propre nostalgie.»
Michèle Friche - Le Soir - 3 avril 2003

SUJET-VERBE-INTERPRETE
« Un moment théâtral pas banal. Pas impudique non plus : original, originel, un peu timide, très généreux. »
Marie Baudet -  La Libre Belgique - 29 et 30 mars 2003


^ Top

imprimer Print this page

Page précédente: La Mouette - Photos
Page suivante: Crève ! Tu n’as pas d’âme